SOL
161
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-161,theme-stockholm,stockholm-core-2.0.5,woocommerce-no-js,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-6.4,ajax_fade,page_not_loaded,menu-animation-underline,fs-menu-animation-line-through,popup-menu-text-from-top,,qode_menu_,qode-single-product-thumbs-below,wpb-js-composer js-comp-ver-6.1,vc_responsive
Title Image

SOL

SOL

De tous les éléments, le sol est peut-être le plus humble, le plus mesuré ; il n’est pas le soleil, déflagration perpétuelle, illumination, il n’est pas le ciel poreux et vaporeux fuyant en son fond, il n’est pas la mer pliante et imprévisible ; il est le présent des présents, l’anachorète de matière, la brûlure itinéraire.

Ceux qui s’entrebattent pour l’usurper, le flanquer de leur nation et y planter leur drapeau bigarré doivent encore apprendre qu’il est asile quel que soit l’œil qui le foule, quelle que soit la voix qui s’y blottit, quel que soit le corps usé qui à lui se restitue.

Je partage avec le sol une promesse intrinsèque de déploiement. Sans lui, je serais oiseau ou poisson ardent. Ce n’est pourtant pas en homme que je me dresse à son flanc, mais en autochtone éphémère, un insecte d’ancienne filiation.

Récit d’une cosmogonie, d’un jaillissement aboutissant à la déclamation par le sol de sa condition, tout comme la négritude est l’état fondamental et absolu du nègre, la solitude est l’état insécable et incréé du sol.

Editeur :

L'Harmattan

Collection :

Poètes des cinq continents

LITTÉRATURE POÉSIE

DATE DE PUBLICATION :

JUILLET 2010